Şalālah

buy provigil generic online

buy Ivermectin canada

GAR Group 12 Created with Sketch. C PP -L a b

Équerre L’

DESCRIPTION DU FONDS

Reçu en 2019, le fonds rassemble plus d’une centaine de tirages photographiques et de négatifs illustrant les activités de la revue et du Groupe L’Équerre entre 1929 et 1939. Le fonds contient des clichés originaux publiés dans la revue et fournis par plusieurs architectes parmi lesquels Louis Herman de Koninck ou Victor Bourgeois. De nombreux tirages en grand format destinés à plusieurs expositions montrent les réalisations principales des membres du Groupe L’Équerre.

PÉRIODE COUVERTE

De 1929 à 1939.

VOLUMÈTRIE

Une boîte d’archives comprenant une centaine de photographies.

OUTILS DE RECHERCHE

Inventaire jusqu’à la pièce sur File Maker Pro.

BIBLIOGRAPHIE

CHARLIER, Sébastien (dir.), L’Equerre, réédition intégrale – The Complete Edition 1928-1939, Liège, éditions Fourre-tout, 2012.

Lien externes

D’abord l’organe de l’Association des étudiants de l’Académie, la revue L’Équerre s’inscrit dans les pas de 7 Arts, la revue créée par Victor Bourgeois, et de Georges Linze, l’initiateur de la revue littéraire Anthologie. Aux côtés de Victor Rogister, Jean Moutschen, Émile Parent, Paul Fitschy, Edgard Klutz et Albert Tibaux, Yvon Falise revendique une nouvelle architecture et critique sans cesse l’académisme qui domine la production liégeoise. Ce qui n’est au départ qu’un petit canard estudiantin devient très vite un outil puissant de la propagande du mouvement moderne à Liège et en Belgique. En 1935, au côté de Huib Hoste et de sa revue anversoise Opbouwen, elle se voit attribuer le secrétariat de la section belge des CIAM. Les multiples conférences et expositions organisées par les jeunes architectes « révolutionnaires » symbolisent l’intense vitalité du débat de l’architecture en Belgique dans l’entre-deux-guerres.

Partageant ses convictions avec la section locale du Parti ouvrier belge, les membres de L’Équerre se voient confier des postes prestigieux. Jean Moutschen occupe la place d’architecte de la Ville de Liège dès 1936 tandis que Yvon Falise prend la direction de l’architecture à l’Exposition internationale de l’Eau en 1939.