buy stromectol 3 mg

can you buy antabuse online

GAR Group 12 Created with Sketch. C PP -L a b

Baeyens, Raymond (1920-2005)

DESCRIPTION DU FONDS

Fonds cédé par les enfants de l’architecte en 2017, regroupe un ensemble de dossiers relatifs à des projets et constructions privés et publics.

PÉRIODE COUVERTE

Seconde moitié du XXe siècle.

VOLUMÉTRIE

10 mètres linéaires de caisses d’archives et environ 200 rouleaux de dessins d’architecture.

OUTILS DE RECHERCHE

Fonds non inventorié.

BIBLIOGRAPHIE

DAILLY, Marie-Noëlle (dir.), LE MAIRE, Judith (dir.), STRAUVEN, Iwan (dir.), http://gurucomputers.ca/sites/default/files/alfacgiapi Guide architecture moderne et contemporaine 1881-2017 : Charleroi métropole, Bruxelles, Mardaga, Cellule architecture de la Fédération Wallonie-Bruxelles, 2017.

Raymond Baeyens réalise ses études d’architecture à l’École Saint-Luc de Tournai. Diplômé, le jeune architecte s’installe à Charleroi où il effectue son stage chez Joseph André avec qui il poursuivra une collaboration tout au long de sa carrière. C’est ainsi qu’ils réalisent ensemble en 1951, et avec René Frère, l’immeuble à appartements au n° 155 au boulevard Tirou à Charleroi (bâtiment qui abrite actuellement le Forem). Il collabore également avec Auguste Daloze et Jean Yernaux à la réalisation de l’Institut communal d’enseignement technique féminin La Garenne à Charleroi, construit en 1966 et qui est représentatif des procédés de préfabrication en béton. En 1963, il réalise avec Daloze le bâtiment qui remplace la bourse de commerce (construite par E. Degraive en 1892) au Passage de la Bourse. Ses projets sont nombreux, tant privés que publics. Sa maison personnelle, construite à Glabais en 1972, se compose de différents volumes ouverts sur un patio central. Un volume à l’étage abrite un petit bureau tandis que les caves font office de bureaux de l’architecte. Les façades présentent des briques peintes en blanc. L’ensemble est harmonieux, dans l’esprit moderniste. Proche des plasticiens, Raymond Baeyens collabore avec le sculpteur Alphonse Darville qu’il rencontre chez Joseph André lors de la réalisation du Palais des Beaux-Arts et du Palais des Expositions de Charleroi.